Sortons le gaz des bâtiments du Québec

Sortons
le gaz
des bâtiments du Québec

Pourquoi le gaz naturel n’a pas sa place dans le chauffage des bâtiments

Le gaz consommé au Québec est à 99 % du gaz fossile, une source d’énergie risquée pour l’environnement et qui contribue au réchauffement climatique. En polluant l’air ambiant, il met en péril la santé respiratoire de la population, en particulier celle des enfants et des personnes vulnérables. Entièrement importé, le gaz fossile creuse le déficit commercial du Québec et présente plus d’incertitudes pour le budget des ménages en raison de la volatilité des prix. 

Dès maintenant, le Québec peut se mettre en marche pour sortir entièrement le gaz de ses bâtiments résidentiels, commerciaux et institutionnels. Il est important d’agir sans tarder afin d’être en mesure de planifier adéquatement ce changement avec les communautés et de garantir une transition juste pour les travailleuses et les travailleurs dont les emplois seront touchés par ces transformations sociales.

Au Québec, le gaz...

...est présent dans plus de 200 000 bâtiments

...fournit 15 % de l’énergie consommée par les bâtiments

...est responsable de 63 % des GES émis par les bâtiments

Il existe des solutions de rechange beaucoup plus sûres pour l’environnement, pour le climat, pour la santé et pour le portefeuille.

Les nouvelles

Nouvelle

7 février 2024

Carboneutralité : Une motion adoptée à l’unanimité à l’assemblée nationale

Communiqué de presse

31 janvier 2024

Consultations particulières sur le PL41, la coalition Sortons le gaz exige de l’ambition

Municipalités

10 janvier 2024

Saint-Narcisse sur le chemin de la décarbonation

Témoignages de spécialistes

On n’a plus besoin de brûler des énergies fossiles, de polluer l’air qu’on respire et de détruire le climat pour bien vivre. Il faut planifier l’extinction du gaz “naturel” fossile dès maintenant. La crise climatique est la menace numéro un à la santé du XXIe siècle et sera proportionnelle à nos émissions de GES. Il faut AGIR maintenant.

On n’a plus besoin de brûler des énergies fossiles, de polluer l’air qu’on respire et de détruire le climat pour bien vivre. Il faut planifier l’extinction du gaz “naturel” fossile dès maintenant. La crise climatique est la menace numéro un à la santé du XXIe siècle et sera proportionnelle à nos émissions de GES. Il faut AGIR maintenant.

Dre Geneviève Ferdais

Omnipraticienne GMF du Sud-Ouest et CLSC Verdun, chargée d’enseignement clinique à l’UdeM

On n’a plus besoin de brûler des énergies fossiles, de polluer l’air qu’on respire et de détruire le climat pour bien vivre. Il faut planifier l’extinction du gaz “naturel” fossile dès maintenant. La crise climatique est la menace numéro un à la santé du XXIe siècle et sera proportionnelle à nos émissions de GES. Il faut AGIR maintenant.

On n’a plus besoin de brûler des énergies fossiles, de polluer l’air qu’on respire et de détruire le climat pour bien vivre. Il faut planifier l’extinction du gaz “naturel” fossile dès maintenant. La crise climatique est la menace numéro un à la santé du XXIe siècle et sera proportionnelle à nos émissions de GES. Il faut AGIR maintenant.

Dre Geneviève Ferdais

Omnipraticienne GMF du Sud-Ouest et CLSC Verdun, chargée d’enseignement clinique à l’UdeM

En tant que pédiatre et mère de famille, je suis scandalisée du silence qui a trop longtemps entouré  les méfaits du gaz “naturel “ sur la santé des enfants. La production de dioxyde d’azote, de monoxyde de carbone ainsi que de particules de cuisson par les cuisinières à gaz et par les systèmes de chauffage mal entretenus a un impact comparable à celui du tabagisme passif, en augmentant significativement le risque de développer l’asthme infantile  de 14 à 30 % et le taux d’hospitalisation des enfants atteints. Il est temps de passer à l’action pour la santé de nos enfants.

En tant que pédiatre et mère de famille, je suis scandalisée du silence qui a trop longtemps entouré  les méfaits du gaz “naturel “ sur la santé des enfants. La production de dioxyde d’azote, de monoxyde de carbone ainsi que de particules de cuisson par les cuisinières à gaz et par les systèmes de chauffage mal entretenus a un impact comparable à celui du tabagisme passif, en augmentant significativement le risque de développer l’asthme infantile  de 14 à 30 % et le taux d’hospitalisation des enfants atteints. Il est temps de passer à l’action pour la santé de nos enfants.

Dre Michèle Vartian

Pédiatre et membre de l'Association québécoise des médecins pour l'environnement (AQME)

En tant que pédiatre et mère de famille, je suis scandalisée du silence qui a trop longtemps entouré  les méfaits du gaz “naturel “ sur la santé des enfants. La production de dioxyde d’azote, de monoxyde de carbone ainsi que de particules de cuisson par les cuisinières à gaz et par les systèmes de chauffage mal entretenus a un impact comparable à celui du tabagisme passif, en augmentant significativement le risque de développer l’asthme infantile  de 14 à 30 % et le taux d’hospitalisation des enfants atteints. Il est temps de passer à l’action pour la santé de nos enfants.

En tant que pédiatre et mère de famille, je suis scandalisée du silence qui a trop longtemps entouré  les méfaits du gaz “naturel “ sur la santé des enfants. La production de dioxyde d’azote, de monoxyde de carbone ainsi que de particules de cuisson par les cuisinières à gaz et par les systèmes de chauffage mal entretenus a un impact comparable à celui du tabagisme passif, en augmentant significativement le risque de développer l’asthme infantile  de 14 à 30 % et le taux d’hospitalisation des enfants atteints. Il est temps de passer à l’action pour la santé de nos enfants.

Dre Michèle Vartian

Pédiatre et membre de l'Association québécoise des médecins pour l'environnement (AQME)

Nous possédons la technologie et le savoir-faire pour assurer la sortie des énergies fossiles de la filière du bâtiment québécois. N’y manquent que la volonté et le cadre réglementaire, sans perdre de vue les exigences de sobriété du bâti.

Nous possédons la technologie et le savoir-faire pour assurer la sortie des énergies fossiles de la filière du bâtiment québécois. N’y manquent que la volonté et le cadre réglementaire, sans perdre de vue les exigences de sobriété du bâti.

Paul-Antoine Troxler

Directeur, Éducation et recherche, Bâtiment durable Québec

Nous possédons la technologie et le savoir-faire pour assurer la sortie des énergies fossiles de la filière du bâtiment québécois. N’y manquent que la volonté et le cadre réglementaire, sans perdre de vue les exigences de sobriété du bâti.

Nous possédons la technologie et le savoir-faire pour assurer la sortie des énergies fossiles de la filière du bâtiment québécois. N’y manquent que la volonté et le cadre réglementaire, sans perdre de vue les exigences de sobriété du bâti.

Paul-Antoine Troxler

Directeur, Éducation et recherche, Bâtiment durable Québec

Plus de 80% des études publiées à ce jour démontrent une association claire entre la fracturation hydraulique (dont vient en grande partie le gaz utilisé au Québec) et plusieurs impacts sur la santé humaine. Il est aussi démontré que les cuisinières au gaz augmentent les risques de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques et émettent des polluants même lorsqu’elles ne sont pas allumées. Sortir du gaz, c’est contribuer à améliorer la santé humaine de concert avec celle de l’environnement dans lequel nous vivons.

Plus de 80% des études publiées à ce jour démontrent une association claire entre la fracturation hydraulique (dont vient en grande partie le gaz utilisé au Québec) et plusieurs impacts sur la santé humaine. Il est aussi démontré que les cuisinières au gaz augmentent les risques de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques et émettent des polluants même lorsqu’elles ne sont pas allumées. Sortir du gaz, c’est contribuer à améliorer la santé humaine de concert avec celle de l’environnement dans lequel nous vivons.

Dr Éric Notebaert

Urgentologue et vice-président de l'Association québécoise des médecins pour l'environnement (AQME)

Plus de 80% des études publiées à ce jour démontrent une association claire entre la fracturation hydraulique (dont vient en grande partie le gaz utilisé au Québec) et plusieurs impacts sur la santé humaine. Il est aussi démontré que les cuisinières au gaz augmentent les risques de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques et émettent des polluants même lorsqu’elles ne sont pas allumées. Sortir du gaz, c’est contribuer à améliorer la santé humaine de concert avec celle de l’environnement dans lequel nous vivons.

Plus de 80% des études publiées à ce jour démontrent une association claire entre la fracturation hydraulique (dont vient en grande partie le gaz utilisé au Québec) et plusieurs impacts sur la santé humaine. Il est aussi démontré que les cuisinières au gaz augmentent les risques de développer des problèmes pulmonaires et cardiaques et émettent des polluants même lorsqu’elles ne sont pas allumées. Sortir du gaz, c’est contribuer à améliorer la santé humaine de concert avec celle de l’environnement dans lequel nous vivons.

Dr Éric Notebaert

Urgentologue et vice-président de l'Association québécoise des médecins pour l'environnement (AQME)

La décarbonation des bâtiments passe par l’électrification du chauffage. Pour y parvenir, on doit utiliser une production de chaleur efficace soit des thermopompes et, au sein même des bâtiments,  une production localisée de l’électricité par énergie renouvelable (solaire) et une saine gestion de la pointe (accumulateurs électriques et thermiques). Ces solutions sont matures et prêtes à être implantées au Québec.

La décarbonation des bâtiments passe par l’électrification du chauffage. Pour y parvenir, on doit utiliser une production de chaleur efficace soit des thermopompes et, au sein même des bâtiments,  une production localisée de l’électricité par énergie renouvelable (solaire) et une saine gestion de la pointe (accumulateurs électriques et thermiques). Ces solutions sont matures et prêtes à être implantées au Québec.

Martin Roy

Ingénieur, Président Martin Roy et Associés

La décarbonation des bâtiments passe par l’électrification du chauffage. Pour y parvenir, on doit utiliser une production de chaleur efficace soit des thermopompes et, au sein même des bâtiments,  une production localisée de l’électricité par énergie renouvelable (solaire) et une saine gestion de la pointe (accumulateurs électriques et thermiques). Ces solutions sont matures et prêtes à être implantées au Québec.

La décarbonation des bâtiments passe par l’électrification du chauffage. Pour y parvenir, on doit utiliser une production de chaleur efficace soit des thermopompes et, au sein même des bâtiments,  une production localisée de l’électricité par énergie renouvelable (solaire) et une saine gestion de la pointe (accumulateurs électriques et thermiques). Ces solutions sont matures et prêtes à être implantées au Québec.

Martin Roy

Ingénieur, Président Martin Roy et Associés

Face à l’urgence d’agir contre les changements climatiques, nous soutenons la sortie rapide des énergies fossiles dans le secteur du bâtiment. Comme nous l’avons démontré avec notre laboratoire de conception durable, le Phénix, il est possible de réaliser un bâtiment bioclimatique, efficient et sans combustion tout en réduisant l’impact sur le réseau électrique par la production d’énergies renouvelables sur site et une gestion énergétique intelligente. Le Québec dispose de tous les atouts pour réussir cette transition vers la carboneutralité. Soyons ambitieux collectivement!

Face à l’urgence d’agir contre les changements climatiques, nous soutenons la sortie rapide des énergies fossiles dans le secteur du bâtiment. Comme nous l’avons démontré avec notre laboratoire de conception durable, le Phénix, il est possible de réaliser un bâtiment bioclimatique, efficient et sans combustion tout en réduisant l’impact sur le réseau électrique par la production d’énergies renouvelables sur site et une gestion énergétique intelligente. Le Québec dispose de tous les atouts pour réussir cette transition vers la carboneutralité. Soyons ambitieux collectivement!

Hugo Lafrance

Architecte, Stratégies durables, Lemay

Face à l’urgence d’agir contre les changements climatiques, nous soutenons la sortie rapide des énergies fossiles dans le secteur du bâtiment. Comme nous l’avons démontré avec notre laboratoire de conception durable, le Phénix, il est possible de réaliser un bâtiment bioclimatique, efficient et sans combustion tout en réduisant l’impact sur le réseau électrique par la production d’énergies renouvelables sur site et une gestion énergétique intelligente. Le Québec dispose de tous les atouts pour réussir cette transition vers la carboneutralité. Soyons ambitieux collectivement!

Face à l’urgence d’agir contre les changements climatiques, nous soutenons la sortie rapide des énergies fossiles dans le secteur du bâtiment. Comme nous l’avons démontré avec notre laboratoire de conception durable, le Phénix, il est possible de réaliser un bâtiment bioclimatique, efficient et sans combustion tout en réduisant l’impact sur le réseau électrique par la production d’énergies renouvelables sur site et une gestion énergétique intelligente. Le Québec dispose de tous les atouts pour réussir cette transition vers la carboneutralité. Soyons ambitieux collectivement!

Hugo Lafrance

Architecte, Stratégies durables, Lemay

Vous pouvez faire une différence

Vous pouvez contribuer à sortir le gaz des bâtiments du Québec. Rejoignez le mouvement!

Les risques et solutions

Les risques pour la santé

Les risques financiers

Les risques environnementaux et climatiques

Les vraies solutions

Les pièges à éviter

Les membres de la coalition

Les organisations en soutien de la campagne